Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Légendes urbaines et mythes surnaturels

Légendes urbaines, surnaturel, endroits hantés , mythes du monde entier à faire froid dans le dos

La théorie du 11 septembre

Publié le 7 Octobre 2014 par joedalton in Théorie

Attentat World Trade center 11 septembre 2001
Attentat World Trade center 11 septembre 2001
  • Les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis sont le fruit des services secrets israéliens qui désiraient faire porter la faute aux militants islamistes. Cette thèse a notamment été alimentée par le mémorandum officiel de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis (rapport de la Commission du renseignement du Sénat américain), publié le 15 septembre 2004, intitulé « La Surveillance israélienne des futurs pirates de l’air et des suspects du FBI dans les attaques du 11 septembre et son échec à donner aux États-Unis les avertissements nécessaires : le besoin d’une enquête publique ». Dans ce rapport était indiqué que des groupes israéliens, composés de 125 personnes arrêtées par le FBI peu après les attaques, étaient divisés en cellules, toutes basées à proximité des différentes cellules islamistes. Le rapport faisait par ailleurs référence à une enquête de la section du contre-espionnage de la Drug Enforcement Administration (DEA) révélant que ces 125 Israéliens avaient pénétré dans plusieurs bâtiments fédéraux. Ces informations ont notamment été reprises quelques jours par des chaînes d'informations nationales américaines.
  • L'attaque du 11 septembre 2001 contre le Pentagone n'aurait pas été réalisée au moyen d'un avion détourné, mais à l'aide d'une ou plusieurs bombes (ou missiles). Cette théorie a été initiée par Thierry Meyssan, fondateur du réseau Voltaire, dans un livre publié en 2001 : L'Effroyable Imposture. Pour Thierry Meyssan et quelques dissidents américains comme Jimmy Walter, aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone. L'hypothèse d'un missile est avancée et leur paraît mieux correspondre avec les dégâts réels infligés au Pentagone : un trou de cinq à six mètres de large traversant le premier bâtiment au-dessus duquel la façade s'est effondrée trente-deux minutes après l'impact, les premières photos ne laissant pas apparaître cet effondrement. L'appareil a percé trois bâtiments (six murs), laissant un trou de deux mètres trente de diamètre à la sortie du troisième bâtiment. Le travail de Thierry Meyssan est vivement critiqué par une partie des communautés journalistiques française et américaine mais rencontre un vif intérêt dans d'autres pays (pour la plupart hostiles aux États-Unis).
Commenter cet article