Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Légendes urbaines et mythes surnaturels

Légendes urbaines, surnaturel, endroits hantés , mythes du monde entier à faire froid dans le dos

L'effroyable Barbe Bleue

Publié le 23 Octobre 2014 par joedalton

L'effroyable Barbe Bleue

De nos jours, quand on évoque le personnage de « Barbe bleue », cela nous renvoie le plus souvent au conte mythique deCharles Perrault intitulé d’ailleurs « La Barbe bleue ». La Barbe bleue est à l'origine un personnage des histoires de tradition orale. C'est une variante de l'ogre qui s'attaque à ses femmes successives et aux enfants qu'il en a. Suite à la diffusion du récit de Perrault, on l'a associé à différents personnages, historiques ou mythologiques. Comme par exemple le personnage historique de Gilles de Rais que l'on surnommera « La Barbe bleue nantaise ».

Si l'on a associé le personnage mythique de la Barbe bleue à Gilles de Rais, c'est avant tout pour le rapport qu'il y avait avec la cruauté des crimes effectués par les deux personnages. Mêlé à cela le fait que les deux personnages ont su garder le mystère autour de leurs crimes et vous apercevrez quelques comparaisons entre la Barbe bleue de Charles Perrault et la Barbe bleue nantaise que représente Gilles de Rais.

Barbe Bleue de Perrault

A la base, Barbe Bleue est un conte populaire. La version la plus célèbre de ce conte n’est autre que celle de Charles Perrault, parut en 1697.

Dans son conte, Perrault nous présente un personnage doté de moult richesses mais qui a pour défaut d’avoir la barbe bleue, d’où son surnom. Cette barbe bleue le rendait si laid que toutes les filles et toutes les femmes, s’enfuyaient en le voyant…Pourtant, une des voisines de Barbe bleue décide de marier une de ses deux filles à ce dernier…

Voici le lien permettant d’accéder à la lecture intégrale du conte de Perrault :

Les personnages historiques ayant un rapport avec Barbe Bleue de Perrault

En écrivant son conte, Perrault s’est sans doute inspiré, certes du mythe de la barbe bleue déjà bien connu, mais également de personnages historiques tels que Gilles de Rais et Henri VIII.

Nous pouvons déduire qu’Henri VIII aurait inspiré Barbe Bleue de Perrault.

En effet Barbe Bleue, avant son mariage avec la jeune voisine, avait eu plusieurs épouses. Tout comme Henri VIII qui au totale eu six épouses.

De plus l’apparence d’Henri VIII renvoie à celle de Barbe Bleu de Perrault.

Il était effrayant, énorme et avait une barbe, qui, en revanche était rousse.

Perrault c’est donc inspiré d’Henri VIII pour l’aspect physique de son personnage à l’exception de la barbe.

En revanche Perrault s’est inspiré de Gilles de Rais pour la nature terrifiante et horrible des crimes commis par son personnage. Les crimes commis par Barbe Bleue sont décris comme particulièrement monstrueux. Les corps des défuntes égorgées sont accrochés aux murs et il y a du sang caillé sur le plancher. La description de tels crimes démontre le sadisme et la cruauté du personnage qui les a effectués. Ce sont bien la cruauté et la nature horrible des crimes décrites dans « La Barbe Bleue » de Perrault qui nous renvoient bel et bien au personnage historique de Gilles de Rais, qui était connu pour avoir tué des centaines d’enfants en leur ayant fait subir des atrocités que nous nous passerons d’expliquer ici …

Gilles de Rais et Barbe bleue, double personnalité des personnages

Il est important de souligner la double vie et personnalité des personnages.

Gilles de Rais, à la fois grande figure de la guerre de cent ans mais aussi violeur de petits enfants, alchimiste et démonologue.

Barbe bleue, un homme riche et honnête d’une part et un tueur de femme d’autre part.

La double personnalité des personnages nous renvois a la complexité que ces derniers nous présentes. Tout deux manient l’art de tromper leurs mondes, ils savent duper leurs entourages respectifs. Tout cela malgré les rumeurs qui couraient a leurs égards…

On pensait que Gilles de Rais ramassait des enfants, sans pour autant savoir dans quel but.

On s’interrogeait sur les disparitions mystérieuses des femmes de Barbe bleue.

En conclusion…

Les similitudes présentes entre le personnage historique de Gilles de Rais et le mythique barbe bleue nous permettent de confirmer le fait que Charles Perrault ce soit inspiré en parti de Gilles de Rais pour créer son personnage. Pour le reste Perrault s’est inspirés des histoires de tradition orale qui évoquait déjà une barbe bleue, il les a remaniées en ajoutant de son génie et de sa création, créant ainsi la barbe bleue que nous connaissons tous aujourd’hui.

Gilles de Rais sa vie, ses crimes

Gilles de Rais est né quand le futur Charles VII avait à peu près un an. Nous n'avons aucune indication précise quant à la naissance du fameux maréchal. Les historiens et auteurs sont partagés, l'abbé Brossard (auteur du 19éme siècle) dit qu'il est né en octobre 1404, d'autres disent en 1396, peu importe.

Pour son lieu de naissance, c'est également flou, nous avons retenu l'Anjou, au château de Champtocé, mais aucune certitude n'est fondée car, à l'époque, les actes de naissance n'existaient pas encore. Leur utilisation est devenue plus courante après la révolution française.

Pour bien comprendre cet homme et ses actes, il faut d'abord comprendre l'époque et ne pas perdre de vue l'atmosphère politique, religieuse, sociale et familiale dans laquelle il vécut. La guerre de cent ans battait son plein, de plus la mort et ses spectres assombrissaient la vie quotidienne avec également l'incertitude du lendemain. La guerre n’était plus un accident mais plutôt l’état normal: elle avait pour les hommes d'alors toujours duré. Les pillages et les meurtres apparaissaient comme une routine sans fin, l'insécurité était omniprésente. Le cadavre rigide, la pourriture, le squelette décharné au sourire grimaçant, voila ce que l'homme pieux du moyen âge voyait surtout.

La guerre opposait alors deux dynasties ennemies, les Plantagenêts et la Maison capétienne de Valois et donc la France à l'Angleterre.

Gilles de Rais était fils de seigneur guerrier, robuste et aimant la bataille, le risque et autres distractions du même genre. Notre maréchal fut mal élevé ou pas du tout, tout comme son petit frère, René de la Suze. En 1415, les deux frères perdirent leurs parents. Gilles de Rais eut donc pour tuteur son grand-père, Jean de Craon (ce qui allait à l’encontre de la volonté des parents qui étaient de donner leurs fils à leur oncle en cas de décès prématuré).

Son grand-père était un homme mauvais qui avait recours à de vils actes pour arriver à ses fins comme par exemple l’enlèvement après un refus de mariage, et autres joyeusetés, mieux valait ne pas le contrarier. Le grand-père de Gilles le pousse aux pires excès et le fait participer à des enlèvements, chantages etc. Et sa mémoire demeurera perpétuellement souillée par les crimes de son grand-père.

Très jeune déjà Gilles fut surpris en partie dévêtu avec un jeune page, il s’adonnait également au plaisir d’Onan (voir la Genèse, Onan disait qu’il préférait « laisser sa semence se perdre dans la terre », plutôt que d’avoir des enfants). Il eut donc un début de vie très perturbé. C’est après quand il revient vivre tout seul dans ses châteaux qu’il commence les crimes.

Le lieu le plus connu pour sa débauche était le château de Champtocé. Flaubert disait en parlant du château « ce château est comme un fantôme muet, abandonné, dans cette campagne déserte ; il a l’air habité et plein de ressouvenances farouches. Il fut habité pourtant, ce séjour triste dont les hiboux semblent ne pas vouloir ». Par cette phrase Flaubert semble percer l’âme du château. Mais revenons sur Gilles de Rais, il a eu de multiples complices Poitou (Étienne Corillaut) et Henriet (Henri Griart), on connaît également Gilles de Sillé (son cousin), Roger de Bricquevile, Jean Lebreton, Prélati, ou encore Perrine Martin dit la Meffraye une vieille dame de à peu près 55 ans (c’était vraiment vieux pour l’époque) surnommé ainsi par les gens du coin, c’était sa fournisseuse de victimes la plus acharnée.

Il faut prendre l’histoire par le commencement, tout d’abord ses victimes avaient entre 5 et 15 ans, étaient des garçons pour la plupart, rare furent les victimes féminines et quand elles l’étaient c’était parce qu‘elles étaient témoin de l’enlèvement de l’autre enfant, soit ses complices n’avaient rien trouvé et il faut savoir que notre maréchal ne les acceptait que si elles avaient une très grand beauté de plus il leur infligeait le même sort qu’aux garçons. Les petits mendiants formaient le gros de la clientèle de l’Ogre-Maréchal.

Au tout début Gilles organisait des orgies dans ses châteaux (sa femmes et sa filles y assistaient, il s’est marié avec Catherine de Thouars en 1422 ) et il profitait de ses moments pour choisir ses victimes et ensuite emmenant l’enfant convoité dans sa chambre, il le violait et le tuait n’allant pas plus loin (après la torture et le viol) que l’étranglement car nous verrons par la suite qu’il a commis pire crime, il fut surnommé la bête d’extermination, mais ce dont ne se doutaient point les pauvres parents de la région c’est que ceci était le début d’une long série, il apert que les habitants constataient des disparitions étranges et avaient des doutes concernant Gilles, ils pensaient qu’il prenait les enfants comme page ou autre serviteur.

Il faut bien noté que Gilles de Rais a tué durant toutes ces années entre 600 et 800 enfants, 600 enfants est plus réaliste comme estimation après les différentes découvertes de corps dans les catacombes des multiples châteaux, mais 800 est aussi possible.

Il s’avère que pendant qu’il aidait Jeanne d’arc, il n’a commis aucun crime, c’est après la mort de la pucelle en 1431, que c’est devenu beaucoup plus problématique. Effectivement il fut ruiné par ce combat, à l’époque notre maréchal a dut payer les hommes, les armes, les montures etc. Sans oublier de mentionner les orgies passé (et qui reprirent).

Sa famille avant tout cela, était l'une des familles les plus riches du duché de Bretagne et de France.

Tout ceci pour en venir aux actions qui furent bien plus réprimandées par son procès canonique. Gilles voulait par tous les moyens retrouver sa fortune passé, il tombât dans l’alchimie (a Tiffauges on peut visiter une reproduction de la salle d’alchimie).

Là il rencontre Prélati, un prêtre italien qui était dans l’alchimie mais aussi la démonologie, et la géomancie (c’est un dérivé de l’astrologie).Prélati poussa Gilles sur le chemins de la démonologie et le prêtre abusa de la crédulité de Gilles, lui faisant croire qu’il pourrait retrouver sa fortune en faisant des sacrifices (en parti payant évidemment).Voici le détail des sacrifices :

Après que Gilles eu effectué ses rituels (devenus quasiment journalier), commençait donc le nouveau rituel tout d’abord il mettait lui-même le cœur, les mains, les yeux, et le sang de ses petites victimes dans des vases ou verres puis il faisait passer ses offrandes a Prélati qui les « donnait » au Très-Bas lors de ses évocations. Mais comme vous vous en doutez, cela n’a pas marché Gilles n’a jamais recouvré sa fortune passée, il vendait petit à petit ses terres et si sa famille ne l’avait pas arrêté il aurait tout vendu.

Lorsqu’on commença à s’apercevoir de ces disparitions d’enfants le peuple d’abord crut à des accidents, des noyades dans les rivières er les étangs. Mais très vite comme aucun corps ne fut trouver on abandonna cette hypothèse. Les gens parlaient entre eux et différentes rumeurs se rependirent sur Gilles de Rais.

Voici comment il fut arrêté :

Les faits se sont déroulés à Machecoul dans son château suite à ses méfaits de Saint-Étienne-De-Mer-Morte, une plaque de commémoration de l’arrestation de Gilles de Rais est apposée sur le clocher où il pénétra avec ses hommes armés durant une grand’messe pendant la Pentecôte 1440, cette intrusion ne fut pas juste pour troubler une messe, Gilles voulait récupérer ses terres.

(ci-dessous de gauche a droite le procès de Gilles de Rais et les manuscrits originaux du procès)

Après son arrestation, deux procès vont avoir lieu, le procès publique et le procès canonique tous deux ce sont déroulés à Nantes et les écrits sont aujourd’hui encore aux archives de Nantes. Gilles a confessé les meurtres et également les autres accusations, il fut condamné a mort tout comme Poitou et Henriet.

Le tombeau de Gilles de Rai était dans l’église des Carmes à Nantes mais elle fut détruite lors de la révolution par le fer et le feu, nous n’avons aucune trace de la dépouille du maréchal.

L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue
L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue
L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue L'effroyable Barbe Bleue
Commenter cet article